Santé Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

L'acide perfluorooctanoïque (APFO), ses sels et ses précurseurs

numéro de registre CAS 335-67-1

De quoi s'agit-il?

  • L'acide perfluorooctanoïque, également connu sous l'appellation APFO, est un produit chimique industriel.
  • L'APFO est une substance synthétique appartenant à la catégorie des acides perfluorocarboxyliques, eux-mêmes inclus dans la catégorie générale englobant les composés perfluoroalkylés ou les composés perfluorés.
  • L'APFO existe également sous forme de sel (par exemple, le perfluorooctanoate d'ammonium ou POA).
  • L'APFO peut résulter de la dégradation ou de la transformation de molécules précurseurs (par exemple, de composés d'origine, des produits chimiques contenant de l'APFO ou des substances générant de l'APFO par dégradation).

Comment est-il utilisé?

  • Les sels de l'APFO, comme le POA, servent à la production de grosses molécules appelées fluoropolymères. Les fluoropolymères sont utilisés dans la fabrication de revêtements qui résistent à l'eau et aux taches et qui sont appliqués sur les textiles, les tapis, les tuyaux souples, les câbles, les joints d'étanchéité et les articles de cuisson antiadhésifs, ainsi que dans la fabrication de produits de soins personnels.
  • En règle générale, le POA devrait pas être présent dans les articles manufacturés; cependant, des traces résiduelles (issues du processus de fabrication) peuvent être présentes sous forme de contaminant ou de produit de dégradation.
  • L'APFO, ses sels et ses précurseurs ont également été utilisés par le passé dans de nombreux procédés industriels, ainsi que dans des produits commerciaux et des produits de consommation.
  • L'APFO et ses sels ne sont pas fabriqués au Canada, mais on importe du perfluorooctanoate d'ammonium (sel d'ammonium ou POA) au Canada.

Pourquoi le gouvernement du Canada l'évalue-t-il?

  • Il a été déterminé que l'APFO présentait un danger potentiel pour l'environnement et la santé humaine en raison de ses caractéristiques de persistance, de son omniprésence dans l'environnement et de sa présence dans l'Arctique canadien due à son transport sur de longues distances, ainsi qu'en raison de nouvelles préoccupations scientifiques à l'échelle internationale concernant le danger potentiel pour l'environnement et la santé humaine de l'APFO, de ses sels et de ses précurseurs.
  • Il a été déterminé que l'APFO présentait un danger potentiel pour l'environnement et la santé humaine en raison de ses caractéristiques de persistance, de son omniprésence dans l'environnement et de sa présence dans l'Arctique canadien due à son transport sur de longues distances, ainsi qu'en raison de nouvelles préoccupations scientifiques à l'échelle internationale concernant le danger potentiel pour l'environnement et la santé humaine de l'APFO, de ses sels et de ses précurseurs.
  • L'évaluation de ces substances est également un élément important du Le lien suivant vous amène à un autre site Web Plan d'action pour l'évaluation et la gestion des acides perfluorocarboxyliques et de leurs précurseurs du gouvernement du Canada, qui a été publié le 17 juin 2006.

Comment est-il rejeté dans l'environnement?

  • L'APFO peut aboutir dans l'environnement par l'intermédiaire des rejets d'installations de fabrication et de transformation de fluoropolymères, de l'utilisation courante et de la mise au rebut d'articles contenant de l'APFO, des rejets d'effluents d'usines de traitement d'eaux usées, de la lixiviation de déchets dans des sites d'enfouissement et de la dégradation et de la transformation d'autres produits chimiques.

Comment les Canadiens y sont-ils exposés?

  • La population générale du Canada peut être exposée à l'APFO et à ses précurseurs dans l'environnement, par l'intermédiaire de l'air, de l'eau potable et des aliments, ainsi que par l'intermédiaire de certains produits de consommation traités avec des produits chimiques perfluorés, tels que les vêtements, les tapis, les tissus de meubles et les articles de cuisson neufs.
  • Les bébés peuvent également être exposés à l'APFO pendant la grossesse et pendant l'allaitement au sein.
  • On a mesuré de faibles concentrations d'APFO dans des échantillons de sang prélevés chez des Canadiens, et ces teneurs ont été utilisées pour quantifier l'exposition provenant de toutes les sources et voies d'exposition.

Quels sont les résultats de l'évaluation?

  • Le gouvernement du Canada a mené une évaluation scientifique de l'APFO, de ses sels et de ses précurseurs, qu'on nomme évaluation préalable.
  • Les évaluations préalables servent à déterminer le risque potentiel pour la population générale du Canada (excluant l'exposition en milieu de travail) et l'environnement.
  • Les résultats de l'ébauche du rapport d'évaluation préalable indiquent que l'APFO, ses sels et ses précurseurs peuvent demeurer longtemps dans l'environnement, s'accumuler dans certains organismes et être nocifs pour certains organismes.
  • Par conséquent, le gouvernement du Canada propose que l'APFO, ses sels et ses précurseurs pénètrent dans l'environnement en quantité ou dans des conditions qui pourraient constituer un danger pour l'environnement.
  • Le gouvernement du Canada propose également que l'APFO et ses sels ne sont pas dangereux pour la santé de la population générale aux niveaux d'exposition actuels.

Que fait le gouvernement canadien?

  • Si l'évaluation préalable finale confirme la conclusion proposée, le gouvernement du Canada envisagera des options pour réduire ou éliminer les rejets dans l'environnement de l'APFO, de ses sels et de ses précurseurs.
  • Le 30 mars 2010, Environnement Canada et Santé Canada ont conclu, par écrit, une entente de rendement avec les entreprises participantes qui commercialisent au Canada des produits chimiques perfluorés contenant de l'acide perfluorooctanoïque (APFO) et des acides perfluorocarboxyliques (APFC) à longue chaîne (C9-C20) et leurs précurseurs. Cette entente a pour objet de faciliter le travail visant à éliminer les résidus d'APFO et les APFC à longue chaîne et leurs précurseurs dans ces produits d'ici le 31 décembre 2015, ainsi que d'encadrer le recueil de renseignements et la production de rapports sur les produits commercialisés au Canada.
  • Le Le lien suivant vous amène à un autre site Web rapport final d'évaluation préalable sur l'APFO, ses sels et ses précurseurs et Le lien suivant vous amène à un autre site Web l'approche de gestion des risques proposée sur l'APFO, ses sels et ses précurseurs ont été publiés le 25 août 2012. Le document sur l'approche de la gestion des risques proposée sera suivi d'une période de commentaires du public de 60 jours (du 25 août 2012 au 24 octobre 2012).

Que peuvent faire les Canadiens?

  • Les risques pour la santé que présente une substance chimique dépendent du type de danger que la substance est susceptible de présenter (son potentiel de causer des effets nocifs) et de la dose (le degré d'exposition à la substance). Aux concentrations d'exposition actuelles, l'APFO n'est pas considéré comme préoccupant pour la santé de la population générale du Canada.
  • Par mesure de précaution générale, on rappelle aux Canadiens d'observer attentivement les mises en garde et les modes d'emploi de tout produit qu'ils utilisent.
  • Les Canadiens qui manipulent du perfluorooctanoate d'ammonium (POA) en milieu de travail doivent consulter leur représentant en matière de santé et de sécurité au travail pour connaître les pratiques de manipulation sécuritaires ainsi que les exigences en vertu du Le lien suivant vous amène à un autre site Web Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).